HABITER LE SEUIL

Conception, chorégraphie & scénographie  Marine Chesnais

Création musicale  François Joncour

Interprétation  Clémentine Maubon & Marine Chesnais

Costumes  Anne Mailhol & Marine Chesnais

Lumière  Jérôme Houlès

 

Production & diffusion  Compagnie One Breath & Christelle Longequeue

Coproductions  DGCA, DRAC Bretagne, La Briqueterie/CDCN, Lalanbik - Centre de ressources pour le développement chorégraphique océan Indien //La Réunion,

La Manufacture/CDCN, La Cité des Arts //La Réunion, Domaine de Kerguéhennec.

Soutiens  Association scientifique Globice, Breier, On the move (Cultural mobility information network), Danse à tous les Étages, Centre culturel de la Ville Robert // Pordic, Le Hangar // La Réunion, C.A.M.P //Amélie-Anne Chapelain.

Création 2021 - Distribution en cours

Production-diffusion:

Christelle Longequeue

christelle.longequeue@gmail.com

+33 6 79 81 95 98

​​

Contact technique:

Jérôme Houlès  / Régie générale / Régie lumière

06 82 29 75 19

jeromehoules@gmail.com

Dossier à télécharger

HLS-11.jpg

© Vincent Bruno   

C’est à une plongée collective et immersive dans le grand bleu que la chorégraphe Marine Chesnais nous convie. Elle nous emmène en voyage dans l’aventure qu’elle a vécue : celle de la rencontre bouleversante avec ces animaux mythiques, mais également celle, vertigineuse, de l’apnée et des profondeurs marines. À mi-chemin entre le documentaire et le voyage sensoriel, ces deux fils narratifs de la rencontre inter-espèce et de la plongée en apnée s’entrelacent pendant le spectacle jusqu’à se fondre, le temps d’une seule et unique inspiration.

Tout commence par le souffle.

Celui que l’on va devoir retenir pour pouvoir s’immerger dans l’eau, doucement descendre et attendre que l’animal surgisse.
Tout cela paraît simple et le corps possède une incroyable intelligence d’adaptation sous-marine que l’on nomme réflexes d’immersions, vestiges de notre passé océanique. Pourtant, au fur et à mesure de la descente, quand l’air commence à nous manquer et que devant cet animal nous ne contrôlons plus rien, qu’aucun de nos codes habituels ne fonctionne, commence alors un autre voyage. Celui d’un seuil à franchir. Celui du miroir inversé que nous renvoie l’œil de la baleine et qui nous invite à choisir comment nous souhaitons entrer en relation, comment nous souhaitons habiter cet « espace entre », cet interstice entre deux mondes, dans cet environnement qui nous entoure.

Est-il possible d’être présent ensemble dans un espace sans que l’un domine l’autre ?

habiter le seuil-1
habiter le seuil-2
habiter le seuil-3
test5
1/1