Marine Chesnais, habiter le seuil, danse, danse contemporaine, apnée, danse bio inspirée, bio inspiration, bio mimetisme, grand bleu, océan, mer, one breath, vivant, nature

© Vincent Bruno   

LA DANSE BIO-INSPIRÉE

Cette notion interroge notre lien à l’environnement et cherche à éveiller la conscience que nous avons de notre manière d’habiter le Vivant et tout ce avec quoi nous sommes en relation.

 

Deux constats sont à l’origine de cette démarche:

Le premier concerne notre difficulté d’incarner au quotidien ce qui se dit dans les discours sur l’écologie et le développement durable. Et si ces concepts ne descendent pas dans le corps, la résonance reste limitée.

Le second concerne l’évolution de la recherche en biomimétisme et en bio-inspiration. Si nous sommes capables d’aller observer dans la Nature des solutions innovantes pour répondre à des problématiques d’ordre performatives et industrielles, pourquoi ne pourrions-nous pas nous en inspirer également pour des problématiques non-productives mais non moins essentielles d’ordre sociales, spirituelles, énergétiques, culturelles… ?

 

Face aux urgences écologiques et à cette crise du lien avec le Vivant, le concept de danse bio-inspirée vise à développer une pratique d’éveil perceptif afin de mieux comprendre ce qui se joue en nous et de s’inspirer de manière concrète de ce qui est à l’oeuvre dans la nature. Non pour parvenir à l’imiter mais pour entrer dans un processus de désidentification* en déjouant nos habitudes et en inspirant d’autres identités, mouvantes et poreuses.

 

La recherche scientifique qui nous apporte des outils de compréhension du Vivant, est donc au coeur du projet de la compagnie One Breath. Nous apprenons à voir comme nous apprenons à sentir et en prenant les systèmes biologiques comme modèles, nous réintégrons l’humain dans un écosystème plus globale, autonome, résilient et auto-réparateur.

*La désidentification est un concept développé par l'universitaire américain José Esteban Muñoz dans son ouvrage Disidentifications. Elle est définie comme une troisième voie, proposant une alternative à la binarité entre identification et contre-identification, et qui permet l'invention par le sujet d'identités hybrides, mouvantes.